Blanche Gardin / mon texte sur son stand up

Par

mai 26, 2015 #Coups de ♥ , , , 0 Commentaire

J’ai vu le super spectacle « Il faut que je vous parle » de ma collègue de théâtre, Blanche Gardin – on joue toutes les 2 à La Nouvelle Seine -  Voici le texte que j’ai écrit sur son spectacle mise en scène par Papy  :

Nihiliste, Nietzschéen, Niqu’ta sœur

Interdit au moins de 18 ans. Attention Spoiler.

Blanche Gardin c’est la farce du côté obscur. Dans son spectacle, Blanche est un peu une « Alice au Pays des petites horreurs sous Valium, perfusée au cynisme », une sociologue du pire.

La ligne rouge chez Blanche, elle est noire, très noire. Tout ce qui est tabou, tes plus sombres pensées, elle les dynamite profond. Tu penses à mal, elle, encore pire. Tu n’oses pas le dire, elle, elle le dit. Tu fantasmes sur les naines, elle aussi. Tu as des penchants mauvais, elle met un point d’honneur à te désaper. Ton anus, elle en blague. Ta mycose, elle la défonce. La fellation, la masturbation, elle t’en fait des gags à répétition, des allers-retours bien soignés. Elle y va à fond et à sec.

Avec Blanche Gardin, la MST est trendy, la zoophilie est drôle comme pas permis, le papillomavirus te fait pleurer, taper le cul par terre, mais pas comme ta dernière cystite, hein, là tu pleures de rire.

En passant, mine de rien, elle propose une féminité revue et corrigée et un regard sur la société. C’est bien, elle a une chatte et elle en parle.

Les juifs, les bobos et l’islam, pour la forme, pour l’exercice de style, elle le fait aussi et pas mal du tout. Ce n’était pas gagné. Un point partout.

Et tout ça, elle le joue, la bouche en coeur, en partant du prétexte de la banale histoire d’une trentenaire post rupture. Elle se raconte. Elle nous raconte. Ce n’est pas croyable. On se dit « C’est pas vrai quand même tout ça ? ». On se dit surtout « Je suis pas la pire », « Il n’y a pas que moi qui pense ça ! », « Ouf ! Je ne suis pas pervers ! » etc… C’est un peu sale. C’est surtout bon. L’interdit c’est bon quand c’est pensé. Ca fait un bien fou. Elle appuie là ou ça fait mal et là où ça fait rire aussi. Et nous on peut tout lâcher.

Blanche c’est le révélateur de toutes nos sales hypocrisies, notre Lexomil, notre exutoire, notre suppositoire. C’est comme si elle n’avait pas de filtre à sa bouche (qu’elle se refera un jour en anus un jour, promis juré !)

Elle ne fait pas sa énième humoriste décapante, provocante, trash « Ouah ! Comme elle est trop provoc avec la bourgeoise, quoi ! ». Nan, elle ose vraiment du fond des fesses.

Branleuse pas sentimentale, intello pas effrayée du populaire.

Elle aime bien la grosse blague aussi. Elle vient de l’école des vanneurs, Jamel and co. Ca rit en domino dans son spectacle. Chacun en prend pour son grade. Même les hommes rient quand elle dézingue les cunnilingus sans fin et sans plaisir.

Et puis la cerise chez la Tata Gardin, c’est le ton, et quel ton ! Elle débite ses trucs l’œil baveux, genre idiote pas dégrossie. En ingénue crado, en mignonne débilote, elle peut tout oser.

A la voir, on se dit presque qu’elle n’a pas d’estime d’elle. C’est peut-être seulement qu’elle a une haute exigence de l’humanité. On ne sait pas, elle ne le dira pas, cynique comme elle est.

Merci Blanche. Ton spectacle, ça éclabousse à la gueule des vérités. Celui qui saisit pas vraiment l’endroit où elle est, ça le fait quand même marrer une fille sexy qui dit « caca pipi » avec une pensée cachée. Et la pensée cachée, la réflexion en sous-marin derrière le rire, ça non plus, jamais, elle l’avouera Blanche. Elle veut juste te faire marrer en toute vérité.

Son âme sans pudeur enfouie dans le sexe de son texte d’ébahie du village.

La saleté c’est rigolo. Nos noires pensées c’est trop swag. Le côté obscur c’est poilant. Ca désinhibe de la glotte.

Blanche Gardin ou le philo-socio-stand up réaliste, désabusé.

Je ne suis pas vraiment maso, il faut que je vous parle, il n’y a pas grand-chose qui me fasse rire à part Blanche Gardin.

Un spectacle nihiliste, nietzschéen, niqu’ta sœur et surtout à mourir … de rire.

©Lauréline Kuntz 2015